English | Français | Español | русский
igc logoLog in

Resume

FAITS SAILLANTS

Les perspectives de production mondiale toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) en 2020/21 sont abaissées de 3 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à 2.227 millions, une réduction pour le maïs étant en partie compensée par des hausses pour l’orge et l’avoine. Un ajustement à la baisse de 6 millions de tonnes pour la production de maïs comprend des réductions formulées pour les Etats-Unis, la Chine et l’UE, mais des hausses pour l’Argentine et le Brésil. Le chiffre de production mondiale de blé n’est guère changé d’un mois sur l’autre, les meilleurs résultats pour la Russie et l’Australie étant compensés par des réductions pour l’Argentine et le Canada. La consommation mondiale est placée en retrait de 2 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, principalement pour tenir compte d’une détérioration de l’utilisation industrielle de maïs aux Etats-Unis. La projection de stocks mondiaux de céréales recule de 1 million de tonnes d’un mois sur l’autre, car des prévisions réduites des inventaires de maïs aux Etats-Unis (-3 millions de tonnes) sont presque absorbées par de modestes augmentations pour d’autres céréales. Du fait des révisions à la hausse pour le blé, le maïs et l’orge, la projection pour le total des échanges de céréales en 2020/21 (juillet-juin) est dopée de 3 millions de tonnes d’un mois sur l’autre, à un record de 398 millions, une hausse de 1 % d’une année sur l’autre.

Comme les données font ressortir des expéditions plus fortes que prévu ces dernières semaines, les chiffres du Conseil concernant les échanges mondiaux de soja en 2019/20 sont relevés de 1 million de tonnes, à un record de 164 millions, quelque 8 % de plus que l’an dernier. Des ajustements minimes des stocks d’ouverture et de la production – jugée grimper à un nouveau pic – se traduisent par une projection réduite du total des disponibilités et des stocks de report en 2020/21. Toutefois, à 50 millions de tonnes, les stocks seront tout de même légèrement supérieurs à l’an dernier. Les perspectives de la demande mondiale à l’importation sont légèrement relevées, à un record de 165 millions de tonnes, un gain de 1 % d’une année sur l’autre.

Essentiellement pour traduire une hausse du chiffre de la consommation, les stocks de clôture mondiaux de riz en 2019/20 sont estimés faire 2 millions de tonnes de moins d’un mois sur l’autre, à 175 millions, plus ou moins stables d’une année sur l’autre. Les perspectives de production mondiale en 2020/21 sont rognées d’un mois sur l’autre et, conjuguées à un chiffre réduit pour les stocks d’ouverture, la baisse générale des disponibilités se répercute dans une projection moindre pour les stocks de report, placé à 180 millions de tonnes (+5 millions d’une année sur l’autre). Les échanges en 2021 devraient être inchangés par rapport au mois dernier, à 45 millions de tonnes, un gain de 7 % sur l’année précédente.

L’Indice des céréales et des oléagineux du CIC (GOI) s’est redressé de 9 % d’un mois sur l’autre, avec des gains solides pour tous ses composants hormis le riz.

(see chart)

(see chart)

VUE D’ENSEMBLE

A 2.227 millions de tonnes, la production mondiale toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) en 2020/21 est jugée croître de 46 millions de tonnes d’une année sur l’autre, du fait d’une hausse de 39 millions de la production de maïs à un record absolu de 1.160 millions. La production mondiale de blé devrait se hisser à un nouveau record, tandis qu’on mise sur un modeste repli par rapport au pic de l’an dernier pour l’orge. La production mondiale de sorgho est jugée atteindre un plus haut de quatre ans, l’avoine un pic de 12 ans et le seigle son plus haut niveau en six ans. Si les perspectives de la demande sont quelque peu opaques en raison de la pandémie, certains signes semblent suggérer que la consommation de céréales résiste bien. L’utilisation toutes céréales confondues devrait croître de 39 millions de tonnes d’une année sur l’autre, à un nouveau pic de 2.220 millions, l’essentiel du gain étant pour l’alimentation animale et les usages industriels du maïs, mais l’utilisation du blé, du sorgho et de l’avoine marque aussi une hausse. Le total des stocks mondiaux de céréales devrait croître de 7 millions de tonnes d’une année sur l’autre, à un pic de trois ans de 629 millions, car le quatrième repli consécutif pour le maïs (-16 millions) est absorbé par des hausses pour le blé (+15 millions), l’orge (+4 millions) et les autres céréales. A 398 millions de tonnes, soit une hausse de 1 % sur l’an dernier, on mise sur un nouveau pic des échanges, principalement du fait d’un accroissement des expéditions de maïs et de sorgho.

(see chart)

A 164 millions de tonnes, les échanges mondiaux de soja en 2019/20 sont estimés croître de 8 % d’une année sur l’autre, le taux de croissance le plus rapide en trois campagnes en raison d’une forte demande émanant de la Chine – du fait d’un redressement de la demande à l’affouragement – et d’une foule de marchés plus petits. Malgré des inquiétudes concernant les perspectives de rendement, on s’attend tout de même à ce que la production américaine se redresse en 2020/21, pour étayer une hausse solide de la production mondiale à un nouveau pic. La consommation devrait atteindre un pic de 369 millions de tonnes, la hausse de 4 % représentant une accélération de la croissance du fait d’une embellie de l’utilisation en Chine, et d’un redressement de la demande des autres grands transformateurs. Si les stocks américains risquent de se contracter, les réserves mondiales vont probablement augmenter du fait d’un accroissement en Chine et dans d’autres pays. La demande mondiale à l’importation devrait progresser de 1 % sur l’an dernier, à un pic de 165 millions de tonnes.

(see chart)

Malgré une hausse attendue de 14 % d’une année sur l’autre des exportations de l’Inde, les échanges mondiaux de riz sont estimés reculer pour la troisième campagne consécutive en 2020 en raison d’une contraction des achats par les pays africains. Cela explique aussi en partie les attentes d’un recul marqué des ventes de la Thaïlande à leur plus bas niveau en plusieurs années. La consommation mondiale en 2019/20 devrait augmenter, la croissance en Inde étant liée aux mesures de sécurité alimentaire liées à la COVID-19. Les inventaires sont jugés globalement stables d’une année sur l’autre car des gains chez les principaux exportateurs et en Chine compensent des replis chez les pays importateurs. Etayée par des prix fermes et des conditions globalement favorables, la production en 2020/21 pourrait se hisser à un sommet de 504 millions de tonnes (497 millions), avec une utilisation et des stocks qui pourraient atteindre de nouveaux pics. Les échanges devraient faire un bond de 7 % en 2021 du fait d’un raffermissement de la demande africaine.

(see chart)

RESUME DU MARCHE

Comme les prix à l’exportation du soja et du maïs s’envolent à leurs plus hauts niveaux en plusieurs années, le GOI du CIC a gagné 9 % par rapport au dernier GMR, en hausse de près d’un cinquième par rapport à un an plus tôt.

(see chart)

(see chart)

Principalement en lien avec une accélération de l’intérêt à l’exportation et un débordement des cultures en ligne, le sous-indice blé du GOI du CIC a gagné 6 % d’un mois sur l’autre, frôlant son plus haut niveau depuis février 2019.

(see chart)

Le sous-indice maïs du GOI du CIC s’est redressé de 10 %, pour atteindre un pic de 28 mois à la fin de septembre. Soutenus par la fermeté de la demande à l’exportation et la dégradation des espérances de production, les progrès ont été particulièrement marqués aux Etats-Unis.

(see chart)

Comprimé par un intérêt acheteur international terne, le sous-indice riz du GOI du CIC a fléchi de 1 % d’un mois sur l’autre, des pertes générales étant enregistrées chez les principaux exportateurs asiatiques.

(see chart)

Le sous-indice soja du GOI du CIC a bondi de 13 %, s’envolant à son plus haut niveau en plus de quatre ans, du fait d’une demande à l’exportation dynamique aux Etats-Unis et de l’amenuisement des disponibilités ancienne récolte au Brésil.